B) Préjudices subis

 
(preuves sonores et matérielles section i)
 
  • Entrave à la justice, commentaires immoraux et non-professionnalisme de la sûreté du Québec à partir du 25 juin 2002, poste de la M.R.C. de Papineau, concernant mes plaintes contre mon géniteur criminel. Policiers Denis Gauthier, Michel Routhier (lien direct de parenté avec le criminel en 2002), Guy Tauvette, Michel Carrière, Daniel Paquette, Bélanger, Vincent, Labry, Jean-Gaston Morin, Marc Desjardins, Marc Turcotte et le Lieutenant Mario Brière.
 
  • Incompétence, irresponsabilité, immoralité et entrave à la justice de la déontologie policière en novembre 2007, commissaire adjoint Réjean Gauthier et commissaire Claude Simard.
 
  • Entrave à la justice, commentaires immoraux et non-professionnalisme de la sûreté du Québec dans les compléments d’enquêtes à partir du 29 août 2008 à ce jour, Bureau régional d’enquêtes de Gatineau. Policiers Marc Turcotte (anciennement du poste Papineau) et Marc Ippersiel.
 
  • Erreur incompréhensible des Poursuites criminelles et pénales de Gatineau par un refus ayant comme motif la « prescription » le 11 septembre 2007 (il n’y a pas de prescription concernant les voies de fait graves).
 
  • Irresponsabilité totale des Poursuites criminelles et pénales de Gatineau concernant l’erreur de « prescription » du premier refus, explications impossibles à obtenir, lenteur des révisions et suivi extrêmement difficile, incohérent et contradictoire. Procureur en chef Martin Côté.
 
  • La Poursuite me dit que je ne suis pas leur client, leur client c’est la SQ. Mais pour la SQ je suis « une folle » (2002), une maladie infectieuse « syndrome de Nathalie Simard » (2007) et « un dossier fermé depuis longtemps, appelez la Poursuite » (2012). Donc je ne suis le client de personne en tant que victime de voies de fait graves.
 
  • Irrespect de mes droits selon la Charte des droits de la personne du Québec et de la Charte canadienne des droits et libertés.

Point C) suivant