Justice

Juin 2010 / Updates 14 avril 2017

Née en enfer, lettrage 2 copy
histoire vécue / témoignage / preuves / analyses / solutions urgentes
 
par Sylvia Ribeyro 
(N.B. changement de nom légal obtenu en juin 2005)
 
 
Cliquez ici=> Pétition à signer
“Justice pour les enfants agressés et assassinés”

Plus de 62 000 signataires à date!

  
Cliquez ici => Défi ourson / Teddy bear challenge
Cliquez ici => Le cri du cœur ADN 
Cliquez ici => ” Retrouvons nos enfants disparus”
 
 
 
Dossier de presse:
P.S. les liens périmés ont été sauvegardés et sont régulièrement remis à jour
 
 
 Le projet de “loi Mcinnis” ; PREMIER APPUI.
Mille fois merci au député provincial Libéral de Papineau
Alexandre Iracà
Lettre député Papineau 2015
 
 
Le projet de “loi Mcinnis” ; SECOND APPUI.
Mille fois merci au député provincial de Coalition avenir Québec
de Drummond-Bois-Francs

Sébastien Schneeberger
Grâce à l’initiative de madame Isabelle Aubin
Lettre député Drumond-Bois-Francs
 
 
Sylvia Ribeyro enfant; victime d’un bourreau dès sa naissance.
Voyez-vous dans ses yeux la peur qu’elle ressent?
sylvia 3 enfant BELLE 
 
s.v.p. visionnez “Enfant battu et policier corrompu” au:
 http://youtu.be/0M8qnzdeXj8
 
et de A à Z, plus de dix années d’entrave à la justice en 16 preuves sonores au:
http://youtu.be/iTfkuA-S1ks
 
article concernant les graves erreurs de la couronne sur le dos des enfants victimes:
Preuves: la couronne sans tête dessous?
 
 
Opinion de l’analyste en affaires policières Stéphane Berthomet
(Écrivain, Éditeur, TVA, Journal de Montréal, 2013) 
 
Stéphane Berthomet
 
 Opinion de l’analyste en affaires policières Claude Aubin
(Écrivain, Blogueur au Huffington Post Québec, 2013)
 
Claude Aubin
 
 

Sylvia Ribeyro, Me Marc Bellemare, Marie-Paule Mcinnis,
le Sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, et Patricia
Conférence de presse du 13 novembre 2014, Queen Élisabeth de Montréal
 

Photo préférée lég

 
 
 

1) PREMIÈRE PARTIE: RÉSUMÉ

“J’ai été secouée à la naissance avec arrêt respiratoire et ensuite battue de nombreuses années par mon géniteur criminel, handicapée physiquement à vie. À 9 ans, j’ai vu ma mère se faire frapper en sang sous mes yeux. À mes 15 ans, le criminel a également failli tuer ma grande soeur encore sous mes yeux. J’ai fait des tentatives de suicide pendant plus de 15 années.
 
Vous pouvez entendre les aveux de mon bourreau en cliquant ici. 
 
Lorsque j’ai dénoncé avec preuves et témoins à l’appui, les policiers m’ont traitée très durement et se sont même permis d’entraver la justice, peut-être parce que je ne suis qu’une enseignante et que le criminel était multi-millionnaire. 
 
La déontologie policière et leur commissaire Claude Simard ont appelé tout cela… de l’autonomie. 
 
J’ai obtenu le rapport des policiers qui fausse totalement ma déclaration, ce qui a entraîné une grave erreur de droit de la couronne. Il n’y a pas de délai (prescription) pour porter plainte concernant les voies de fait graves commis envers les enfants. Même si ma déclaration est très claire, la couronne a pourtant refusé… par prescription! J’ai réussi à obtenir par chance l’avis juridique “confidentiel” de la couronne car ces documents sont protégés par le “privilège fédéral” => La couronne sans tête dessous? Mais au lieu de m’apporter des explications et de corriger simplement l’erreur, on me dit que je n’ai pas le droit de posséder ce document… le sujet est tabou. La couronne me répète que je ne suis pas leur client, leur client à eux, c’est la SQ… => Preuves sonores.
 
La grosse majorité des criminalistes du bottin me refusent leur aide car ils se consacrent aux criminels afin d’éviter les conflits d’intérêt… Et cela me coûterait 30 000$ et plus -que je n’ai pas- pour déposer une plainte criminelle privée… Le Protecteur du citoyen n’y peut rien. La Commission des droits de la personne du Québec ne respecte même pas son article 71 et me propose plutôt de me trouver toute seule un avocat… 
 
Le CAVAC n’a aucun outil pour me venir en aide et peut m’offrir seulement un psychologue… pourtant, il me semble qu’on devrait plutôt donner un bon psy immédiatement à tous ceux qui entravent impunément la justice tout en étant payés pour la faire respecter.
 
Je me retrouve totalement seule sans obtenir aucune aide. Rien… aucune porte de sortie… Comme si je n’avais pas encore assez souffert.
 
Je me sens comme si on m’avait jetée au milieu de l’océan à ma naissance, sans bouée… et que de beaux gros requins policiers et couronnés s’amusent à m’arracher le peu qu’il reste de moi.
 
Si un enfant gravement battu qui survit à des voies de fait graves ne parvient pas à se faire entendre étant adulte malgré des preuves et des témoins, comment les enfants victimes assassinés, morts et enterrés, peuvent-ils espérer se faire comprendre et obtenir justice? Qui honorera leur mémoire et dissuadera tous ces monstres qui s’attaquent à nos enfants jour après jour?
 
Nous avons tous une obligation morale envers les plus faibles de notre société, ceux dont la vie dépend entièrement du gros bon sens des adultes : les enfants.
 
La volonté morale de chaque personne compte. Un beau jour, notre humanité sera digne de ce nom et ce, grâce à des personnes qui auront pris une seconde de leur temps pour défendre ce que nous avons tous en commun de plus précieux: la vie.
 
Merci infiniment de votre temps et de votre attention.
 
Sylvia”
 
 
 
Résumé de 5 pages format pdf en cliquant sur le lien suivant:
Sylvia Ribeyro; Née en enfer, Victime d’être victime
 
J’invite les journalistes à visiter la quatrième partie (4) ici-bas:
Plainte aux responsables avec preuves sonores et matérielles.
 
 
complice du crime
 
 
Ici-radio Canada:
Un tiers des Canadiens auraient subi des violences durant leur enfance.
 
 
 
 
*
2) DEUXIÈME PARTIE
 
cliquez ici (publication sans frais) => 
 
Victime d’être victime
 
Le non-sens du mot justice au Québec! 
  

*

Sylvia Ribeyro

 

 

 

3) TROISIÈME PARTIE: AGIR

*

 Visitez JUSTICE AURORE ENFANTS VICTIMES:
Aucune collecte d’argent, juste une seconde de votre temps!
https://www.facebook.com/Justice.Aurore.Enfants.Victimes 
 
Pétition pub 3 petit facebook
 
CLIQUEZ ICI POUR NOTRE PÉTITION À SIGNER =>
JUSTICE POUR LES ENFANTS AGRESSÉS ET ASSASSINÉS
 

Créée pour le 94 anniversaire de la mort d’Aurore le 12 février 2014, décédée à l’âge de 10 ans le 12 février 1920, la peau des doigts et des poignets arrachés jusqu’aux os. Son “père” fut libéré de prison après quelques années, pour se remarier et mettre au monde d’autres enfants… En 100 ans bientôt, rien n’a changé…

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu a été l’un de nos premiers signataires et a accepté que nous en fassions mention dans notre pétition. Merci infiniment! 

 
 
Pierre BOisvenu signe pétition
 
 

Une des histoires les plus troublantes du Québec, c’est sûrement celle de la victime Jean-Louis Dufresne, agressé sexuellement et sodomisé par un notable, que la couronne a pourtant protégé en disant à la victime de ne pas gâcher la vie ni l’importante carrière du criminel…

Le journaliste réputé Paul Arcand a éclairci tout dernièrement cette histoire d’horreur, où le criminel a cependant écopé d’une sentence en bout de ligne… seulement grâce à la ténacité de la victime qui mériterait de recevoir la médaille d’honneur des plus grands combattants. Le barreau du Québec a répondu à la victime qu’ils n’ont pas la compétence pour juger le procureur fautif… pourtant, le barreau n’a eu aucune petite gêne pour s’opposer à la loi C-10 du sénateur Boisvenu concernant les jeunes récidivistes… ça ils en auraient la compétence? Ça ressemble à un sale conflit d’intérêt!

 
 
Marie-Renée
 
Pétition (maintenant close) de Marie-Renée Baillargeon
 
************ 

Tara Saad, décédée à l’âge de 5 mois, secouée par une aide domestique le 17 mars 2004, lui causant une hémorragie autour du cerveau et à l’intérieur des yeux ainsi qu’un oedème pulmonaire (présentée à l’émission “Un tueur si proche” le 28 septembre 2012). Tara a dû être débranchée le vendredi 19 mars 2004, à midi 35. L’assassin a été sentencé à 5 années, mais a purgé seulement 36 mois… libéré pour “bonne conduite”…  et a ensuite mis des enfants au monde.

 
 
(chapitre VI, 13e recommandation urgente) 
 

Félix Parent qui a failli mourir du syndrome du bébé secoué chez sa gardienne survenu en février 2009 alors que Félix est seulement âgé de 10 mois, (présenté à l’émission J.E. de TVA le 11 novembre 2011) déjà victime de lourdes séquelles physiques. Aucunes accusations n’ont été portées à ce jour contre son agresseur…

 
  
 
 

Anne-Sophie Turcotte, 3 ans et Olivier Turcotte, 5 ans assassinés en février 2009. Les droits de ces deux jeunes enfants ont été bafoués pendant des années… La cour a d’abord libéré l’assassin selon l’article 16 du code criminel, pour “trouble d’adaptation” à une séparation… La mère, Isabelle Gaston, s’est battue pour obtenir un deuxième procès. Les procédures sont extrêmement lourdes et longues. Un second procès a été accepté, mais l’assassin a fait entre-temps une demande à la cour suprême pour l’annuler. La cour suprême a refusé, un second procès aura lieu. Cependant, l’assassin est parvenu à retrouver sa liberté en attente de son 2e procès… fixé en septembre 2015, 6 ans après les faits! En janvier 2016, il a écopé de 17 ans de prison ferme avant une possibilité de libération conditionnelle. Sept longues années de procédures…

 
 
 

Laurence Fillion, 8 ans, et Juliette Fillion, 11 ans et leur grand-mère Ginette Roy-Morin assassinées en février 2012 à coups de hache… l’assassin a été libéré pour troubles mentaux (article 16 du code criminel)…

 
  
(voir chapitre VI, 7e recommandation urgente)
 
 

Laurélie, 5 ans, Anaïs, 2 ans et Loïc Desautels, 4 ans, assassinés le 2 décembre 2012. Le procès s’éternisait sur 4 ans, l’assassin a eu la liberté de s’enlever la vie entretemps…

 
Laurélie, Anaïs, Loïc
 
 

Béatrice et Médora Godin, 11 et 13 ans, ainsi que leur mère Nancy Samson, assassinées par arme à feu dans la nuit du 1ier au 2 février 2014.

 
Fond béa et médo 4
 
 

Justin, 2 ans et Jérôme 6 ans, assassinés par leur père le 2 juillet 1996, et enterrés sous le corps de leur propre assassin par la famille de leur bourreau… car suite à ce drame, la mère n’a pas pu assister aux obsèques puisqu’elle a été hospitalisée. Depuis plusieurs années, Marie-Paule Mcinnis essaie d’obtenir le droit d’exhumer les corps de ses deux enfants martyrs afin d’honorer leur mémoire, mais elle est confrontée à de nombreuses lois insensées et inhumaines, qui une fois de plus, donnent plus de droits aux criminels qu’aux enfants assassinés.

S.V.P. signez la pétition”Les survivantes” en cliquant sur ce lien.
 
Tombe Justin et Jérôme
 
 

La petite Émilie, 18 mois, fille de Mme Marie-Hélène Guimont (sur cette photo). Émilie a été assassinée par son père le 17 décembre 2005 vers 23h00 par arme à feu. Plusieurs mois auparavant, Mme Guimont a pourtant fait part de ses nombreuses craintes justifiées et a demandé de l’aide à la cour, puisque le père exprimait ouvertement qu’il comprenait les bourreaux d’enfants… La mère a même accepté de déménager pour protéger à tout prix la vie de son enfant, mais la cour lui a refusé son soutien…

 
Émilie et Marie-Hélène Guimont
 
    

Sébastien Métivier, un jeune garçon de 8 ans et demi, disparu le 1ier novembre 1984. Voici le témoignage déchirant de sa mère, Mme Christiane Sirois: “Je suis la mère d’un enfant disparu depuis 29 ans. J’ai vécu à peu près tout ce qui est possible de faire subir à une mère d’enfant disparu qui a désespérément besoin de réponses. Mon fils n’est qu’un dossier sur les tablettes, avec mille et une excuses de la police… J’ai demandé une escouade spécialisée sur les enlèvements d’enfants, mais ici au Québec nous sommes la seule province qui n’avons pas ce service. J’ai fait dernièrement une démarche auprès de Jeunesse au Soleil pour émettre un avis de récompense et vous savez quoi? C’est la police des crimes majeurs qui a refusé, prétextant que pour eux, c’est le dernier recours… À votre avis, après 29 ans, ça serait quoi un dernier recours? Je ne vous raconter pas ici toutes les démarches que j’ai faites mais j’avoue que ce que nous vivons est une VIOLENCE SILENCIEUSE DES SERVICES POLICIERS ET DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE.”

 
Sébastien Métivier 2
 
 

Julie Boisvenu, décédée à l’âge de 27 ans le 23 juin 2002, enlevée, séquestrée, agressée sexuellement et assassinée par un récidiviste, fille du sénateur Pierre-Hugues Boisvenu.

 
 
(voir chapitre VI, 10e recommandation urgente)
 
 

Je dédie tous ces écrits à toutes les victimes survivantes, disparues et assassinées, ainsi qu’à leur famille, leurs amis et leurs proches, sans oublier tous ceux qui se sentent totalement incompris à ce jour. Je souhaite que mes dénonciations puissent vous apporter courage et compréhension afin que vous puissiez retrouver en toute dignité le sens de votre vie ainsi que votre droit fondamental de vivre en sécurité et en paix, et cette même protection pour chaque personne et chaque enfant, dès sa naissance.

 
Plusieurs autres cas très importants d’entrave à la justice
envers les enfants agressés et assassinés
sont répertoriés sur la page suivante en cliquant ici =>
Justice Aurore Enfants Victimes
 
 

Les victimes d’actes criminels et leur famille se retrouvent trop souvent seules face à leurs agresseurs et perdues dans toutes les incohérences de notre système judiciaire actuel. Il faut immédiatement parvenir à corriger les graves erreurs qu’on impose à tous les citoyens, car il existe des solutions simples et logiques pour changer les choses le plus moralement, raisonnablement et rapidement possible, car le temps presse.

 
 martyrs 2
 
 
 
 
4) QUATRIÈME PARTIE: PLAINTE AUX RESPONSABLES
Format pdf imprimable, 33 pages => Sylvia Ribeyro plainte contre Justice 2013 
 
Plainte adressée à:
 
Ministère de la sécurité publique du Québec
Directeur des poursuites criminelles et pénales
Commission des droits de la personne et de la jeunesse du Québec
 
Papineauville, Outaouais, le 8 mars 2013

De :

SYLVIA RIBEYRO
 
(Changement de nom légal obtenu en juin 2005)
VICTIME DE VOIES DE FAIT GRAVES POUVANT CAUSER LA MORT ET DES LÉSIONS
 
« Voies de fait graves », article 268.1 du code criminel : « Commet des voies de fait graves quiconque blesse, mutile ou défigure le plaignant ou met sa vie en danger. »
 
Plainte adressée à :
 
MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC
                Responsable de la gestion des plaintes du public
                Secrétariat général
                2525, boulevard Laurier, 5e étage, Tour des Laurentides
                Québec (QC) G1V 2L2
               
DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES
                M Claude Lachapelle
                2828, boul. Laurier, Tour 1 bureau 500, Québec (QC) G1V 0B9
 
COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE DU QUÉBEC
                360, rue Saint-Jacques, 2e étage, Montréal (QC) H2Y 1P5           
 
Copies conformes pertinentes ainsi qu’aux MÉDIAS => CLIQUEZ ICI
 
 
=> A) RÉSUMÉ DES CRIMES, LÉSIONS PHYSIQUES ET CORROBORATION
 

vertèbres cervicales

 
 
=> B) PRÉJUDICES SUBIS (preuves sonores et matérielles section i)
 
=> C) NON-SENS INACCEPTABLES  (preuves sonores et matérielles section i)
 
=> D) CONSÉQUENCES INHUMAINES ET VIOLATIONS DES DROITS
     (preuves sonores et matérielles section i)
 
E) OBJECTIF (preuves sonores et matérielles section i)
 
  • Que mes droits en tant que citoyenne du Canada et du Québec ainsi qu’en tant que victime de voies de fait graves soient enfin respectés.
 
  • Que des enquêteurs professionnels (n’ayant pas de lien de parenté ou d’amitié avec le criminel ou protègent leurs précédents collègues) interrogent mon géniteur criminel en le confrontant à toutes mes preuves et traitent enfin mon dossier avec tout le sérieux et le respect qu’il se doit.
 
  • Afin qu’aucun policier n’ait de lien de parenté ou d’amitié avec le criminel ou protège ses précédents collèges, cela implique peut-être que mon dossier soit transféré à un poste des enquêtes régionales de la SQ à l’extérieur de Gatineau.
 
  • Je suis prête s’il le faut à re-questionner moi-même le criminel si je suis protégée adéquatement par les policiers.
 
  • Que la Poursuite admette qu’il y a eu erreur dans l’étude de mon dossier en septembre 2007 et y apporte les correctifs nécessaires dans des délais raisonnables.
 
  • Que j’obtienne enfin « une rencontre » et des « explications de l’évaluation qui a été faite » de la part du chef Martin Côté (et non d’un adjoint) telles que promises en 2007 et 2012.
 
  • Avec mon témoignage, des lésions sévères aux vertèbres cervicales, un autre témoin important (ma mère), les aveux enregistrés du criminel ainsi que des preuves matérielles, je crois être en droit d’obtenir que des accusations soient portées contre mon géniteur criminel afin que ce soit un vrai juge qui juge ma cause.
 
  • Qu’une enquête sérieuse et exhaustive soit bien menée concernant tous les préjudices que j’ai subis de la part de la Sûreté du Québec et de la Poursuite afin que de telles violations et négations des droits ne se reproduisent plus jamais envers d’autres citoyens victimes d’actes criminels.

autopsie 1

 
=> F) CHARTES DES DROITS
 
=> G) AVANT-PROPOS (“Je refuse d’être une martyre”)
 
=> H) RÉSUMÉ DES FAITS AVANT LE 25 JUIN 2002
 
=> i) PRÉJUDICES SUBIS APRÈS LE 25 JUIN 2002
 
 
Preuve erreur couronne raturé
 
 
 
=> J) CONCLUSION ET ANNEXES
 
            
RÉPONSES OBTENUES:
 
plainte et zéro aideCommission des droits de la personne du Québec:
 
Malgré l’article 71 de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec qui stipule que la Commission assure le respect des articles de la charte, en réalité, la Commission ne le font que pour les articles 10 (race, religion, handicap)… 18.2 (antécédents judiciaires…)…  48 (âge et handicap)… Bref, j’ai davantage de chance de tirer les bons numéros à loto-Québec. 
 
Ministère de la sécurité publique du Québec:
 
Ils ont totalement ignoré tout ce qui concerne les policiers qui m’ont maltraitée en faisant de l’amnésie volontaire et ont rejeté entièrement la faute sur “la compétence d’un procureur”. Bref, débrouille-toi toute seule.
 
Poursuites criminelles et pénales:
 
Ils ont totalement ignoré mes questions légales en faisant eux aussi de l’amnésie volontaire et ont répondu sèchement que leurs procureurs sont “chevronnés”, en ajoutant que “aucune suite ne sera donnée à toute correspondance ultérieure sur le même sujet”. Bref, débrouille-toi toute seule et ne m’achale plus. 
 
Journalistes d’enquête et Médias:
 
Zéro réponse à date…
 
 
 
 
5) CINQUIÈME PARTIE: QUELQUES ENCOURAGEMENTS
 
 Voir aussi le “dossier de presse” au tout début de cette page!
 
 
sénateur pour trop de sang
 
  
 Pierre Boisvenu solo
 
 
 alexandre Iraca couleur
 
 
 
 
 
 
 
 6) SIXIÈME PARTIE: ARTICLES PUBLIÉS, PAGES FACEBOOK, TWITTER
 
Articles publiés pour la défense des droits des enfants victimes d’actes criminels ainsi que les liens pertinents et les pages connexes:


Articles via le Huffington Post Québec =>
 
 
À partir du 13 novembre 2013, tous mes nouveaux articles ont été rejetés de manière incompréhensible par le Huffington… Les explications sont insensées, puisque le directeur des blogues refuse même les liens menant au journaliste réputé Paul Arcand, ou commentés par notre ancien ministre de la justice Maître Marc Bellemare, ou du Journal de Montréal et de La Presse, et également des experts en maltraitance de l’hôpital Ste-Justine de Montréal…
 

 
 
N.B.: Je respecte l’opinion de ce directeur, et j’apprécie le fait qu’il ait pris le temps de m’expliquer sa position. Mais il est clair que de telles censures injustifiées sont extrêmement dangereuses pour tous les enfants agressés et assassinés.  
 

Articles via ce site, plusieurs partagés par milliers  => ARTICLES

 

Articles via Facebook =>

 

PAGES FACEBOOK => 

 

TWITTER => 

 

 

folie passagère copy